Portrait de la municipalité

Origine

Bien que le territoire de Saint-Damase-de-l’Islet ait fait partie du territoire de l’ancienne Seigneurie des Aulnaies à l’époque de la Nouvelle-France, son nom actuel rappelle la seigneurie voisine de l’Islet, concédée en 1677 à Geneviève Couillard (1660-1720) par Frontenac, gouverneur général de la Nouvelle-France. Le nom provient de îlet, soit « rocher entouré d’eau » ou « petite île ». En 1880, y est fondé une mission catholique nommée Mission du Cinquième-Rang, qui deviendra Saint-Damase-des-Aulnaies en 1889, lors de la fondation de la paroisse, dont l’érection canonique aura lieu en 1924. Damase Ouellet (1826-1908) fut en effet l’un des pionniers de la région. Son frère, Pierre Ouellet (1827-1922) avait offert le gîte au prêtre local pour y célébrer la messe entre 1880 à 1885. Le nom de Damase fut cependant préféré puisqu’il était l’aîné et qu’un village voisin se nommait déjà Saint-Pierre-de-la-Rivière-du-Sud.

Saint-Damase-des-Aulnaies, lorsqu’elle fut formée en municipalité en 1898, prit le nom de « Municipalité du canton d’Ashford », rappelant ainsi le nom d’une ville britannique. En 1955, le nom de la municipalité fut changé pour celui de Saint-Damase-de-l’Islet afin à la fois de rappeler l’histoire de la paroisse et l’appartenance à la Région de l’Islet.

Comme de nombreux  villages québécois, Saint-Damase-de-l’Islet a son festival local : on y célèbre aujourd’hui annuellement le Festival du Poulet.

Un peu d’histoire

Après bien des divergences d’opinions quant au futur site de l’Église, sa construction aura finalement lieu en 1902 sous l’habile direction du chef de chantier Thomas Caron qui, toujours présent, surveillait le moindre détail du contrat. C’est une construction de 50 x 125 pieds et qui peut loger 350 personnes. Pour la première fois, en 1903, on avait de la place pour tout le monde à la messe de minuit.

En même temps que l’on construit l’Église, un autre groupe de gens, mécontents de l’emplacement choisi, sont courtisés par l’Église presbytérienne; à la fin du dix-neuvième siècle, ils commencent à se former une paroisse. Une chapelle où se tient encore des célébrations mensuelles, a été inaugurée en 1905. Celle-ci est située sur le rang 5 de Saint-Damase-des-Aulnaies, près de l’intersection du rang Pinguet. L’Église Unie Pinguet, ainsi appelée depuis 1925, est la plus ancienne paroisse protestante francophone, à l’est de Québec.

Cette chapelle a été témoin de nombreuses cérémonies et selon les registres la première sépulture eut lieu en 1900. À l’arrière, les monuments de bois du petit cimetière sont sculptés à la main. Pendant toutes ces années de nombreux pasteurs se sont succédé, Chiniquy y laissa sa signature en 1898. 

Le pasteur desservant, encore en action à ce jour, est Gérald Doré.

Géographie

Saint-Damase-de-L’Islet est située à proximité du fleuve Saint-Laurent, dans le secteur de la Côte-du-Sud, entre Saint-Cyrille-de-Lessard, au sud-ouest, Saint-Onésime-d’Ixworth, à l’est et Saint-Jean-Port-Joli à l’ouest. Plusieurs rivières y coulent, dont la rivière Ouelle, la rivière Damnée et la rivière Trois-Saumons.

Portrait économique

Saint-Damase-de-L’Islet, habitée par environ 600 personnes, occupe une superficie totale de 259,72 km2. La Municipalité fait partie des Hautes terres des Appalaches. À quinze minutes de l’autoroute Jean Lesage, la municipalité se trouve à 30 km de Ste-Anne–de-La-Pocatière et 55 km de Montmagny. Recouvert encore à ce jour par la forêt en majeure partie, le territoire est reconnu pour ses sites d’intérêt esthétique et écologique.

 

Intérêt esthétique

  • La rivière Ouelle qui coule dans la partie sud-est de la municipalité
  • Le mont Fournier, situé au nord du chemin Arago, est le sommet le plus élevé de la MRC de L’Islet avec ses 650 mètres
  • La montagne Pinguet qui s’élève à la limite nord-est du territoire au nord du rang Pinguet
  • Le Parc des Écarts situé au centre du village sur les rives de la rivière Trois-Saumons Est
  • La Tub à l’eau, une halte routière où l’on retrouve un puits recueillant de l’eau de source au détour de la montagne ( à l’origine, une aire de repos et d’abreuvement pour les chevaux et par la suite, ce sont les automobilistes qui s’y arrêtaient pour refroidir leur véhicule. Aujourd’hui, une halte routière y a été aménagée et les gens peuvent y venir faire une provision d’eau de source ).

 

Intérêt écologique

  • Zone de pêche au saumon en bordure de la rivière Ouelle
  • Ravage de chevreuils
  • Territoire propice aux orignaux
  • Plusieurs lacs et rivières.

 

L’activité économique de la municipalité se compose surtout d’agriculture (avicole, ovine, bovine, élevage caprin, fabricant du fromage et acéricole) puis de commerces et de services (caisse populaire, bureau de poste, garage de réparation automobiles, garage de réparation de véhicules récréatifs, entreprises de transport et entreprises d’excavation, service de garde, salon de coiffure, service de ménage à domicile).

Aucun secteur industriel n’existe sur le territoire, toutefois Saint-Damase-de-L’Islet est situé à proximité de villes et villages plus industrialisés, tels que : Saint-Pamphile, Saint-Jean-Port-Joli, L’Islet et Sainte-Anne-de-La-Pocatière.

Le développement industriel est donc peu probable mais les secteurs du commerce et du service ainsi que celui du tourisme et de la villégiature donnent beaucoup de possibilités aux entrepreneurs. Plusieurs besoins restent à combler.

La municipalité n’a plus d’école primaire depuis 2003. Actuellement, l’école Aubert-de-Gaspé à Saint-Aubert reçoit les élèves en provenance de Saint-Damase-de-L’Islet.

Un service d’autobus et un service de garde assurent la sécurité des enfants pendant la période scolaire. Concernant le transport de personnes, Saint-Damase-de-L’Islet est desservi par le Transport adapté de L’Islet-Nord pour les personnes handicapées et le Transport collectif pour les autres clientèles.

Grands espaces, dynamisme des acteurs locaux, tranquillité, proximité des attraits et loisirs en nature, voilà ce que Saint-Damase-de-L’Islet est heureuse d’offrir, tout en demeurant ouverte au développement.

 

Bibliographie :

CLD de la MRC de L’Islet, diagnostic socioéconomique
Municipalité de Saint-Damase-de-L’Islet, plan d’urbanisme